En Sarkozie

Politis  • 12 novembre 2009
Partager :

Piratage et caviardage

Le site Internet ouvert par Éric Besson pour rendre compte du débat
sur l’identité nationale méconnaît manifestement la loi Hadopi et la législation sur le droit d’auteur.
Après Jean-Luc Mélenchon, qui s’était offusqué de trouver un passage
de son blog sur le site gouvernemental, après Olivier Besancenot, dont une déclaration avait été reproduite « à son insu et sans autorisation » , c’est au tour
de Guillaume Bachelay, secrétaire
national au PS, de demander le retrait de son texte. Ou plutôt d’un extrait,
car les passages où il s’en prenait au ministre ont soigneusement été expurgés. « Je n’ai pas donné mon accord,
se plaint-il furieux. En démocratie,
on ne débat pas avec des ciseaux mais avec des idées. »

Délit de solidarité

Un mois de prison avec sursis
et cinq ans de mise à l’épreuve,
c’est la peine à laquelle le tribunal correctionnel de Mulhouse a condamné,
le 6 novembre, Sona Celebi.
La justice reproche à cette épicière d’avoir accueilli à son domicile, en en informant
tout de même l’Ofpra, un militant communiste turc sans titre de séjour
et dont la demande d’asile à la France
a été rejetée à trois reprises.
Elle l’accuse d’avoir fait travailler
son protégé, Mehmet Comut, dans
sa petite épicerie de quartier
sans titre de séjour, bien que ce dernier affirme n’avoir donné qu’ « un petit coup
de pouce »
au magasin « de façon tout
à fait occasionnelle »
. Comme le dit
Éric Besson, le délit de solidarité
n’existe pas… À ce compte,
on pourrait nier l’existence
d’Éric Besson.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don