En Sarkozie

Politis  • 14 janvier 2010
Partager :

Déni de réalité

Quatre mois après son démantèlement très médiatisé, la « jungle » de Calais est remplacée par des campements de fortune où s’entassent environ 400 personnes, a constaté le Parisien (12 janvier). Ce qui n’empêche pas Éric Besson de maintenir que « le problème est résolu » . De même soutient-il que « la pression des filières clandestines a fortement diminué » quand la maire UMP de Calais admet du bout des lèvres que « les passeurs sont toujours là ».

Fadela Kärcher

Dans un entretien au quotidien le Progrès (11 janvier), la secrétaire d’État à la ville, Fadela Amara, qui était interrogée sur la mort d’un enfant de 12 ans lors d’une fusillade en pleine rue, à la suite d’une altercation entre jeunes de quartiers différents, à la mi-décembre 2009 à Lyon, assure qu’« il faut “nettoyer au Kärcher” cette violence qui tue nos enfants dans les cités » . Évidemment, ce qui frappe dans cette déclaration, c’est le manque d’imagination de la sous-ministre, qui ne fait que « perroquer » des propos déjà tenus par son cher Président quand il était ministre de l’Intérieur. Avec le succès que l’on sait.

Sarkozysation des esprits

Réagissant aux propos de Fadela Amera, le secrétaire national à la sécurité du PS, Jean-Jacques Urvoas, a estimé que la secrétaire d’État avait tenu « un discours de président d’association et pas d’un ministre du gouvernement ». C’est dire combien le sarkozysme a progressé dans les têtes, si un tel discours est désormais admissible à condition qu’il soit exprimé par des associatifs.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don