Là-bas

Politis  • 11 mars 2010
Partager :

Bonne blague

Plus de 90 % des Islandais ont dit « non » dimanche au remboursement par les contribuables des 3,9 milliards d’euros au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Soit une note de 12 000 euros par personne pour indemniser les clients lésés par la faillite en 2008 de la banque islandaise Icesave et payer, comme en Grèce, les pots cassés de l’irresponsabilité des banques et des États. Les États, en difficulté après avoir renfloué les banques, sont aujourd’hui contraints de leur emprunter, à taux élevé, l’argent nécessaire au sauvetage. Précisons qu’il s’agit de l’argent que la Banque centrale européenne ne leur prête pas mais prête à ces mêmes banques, à bas taux, qui prêtent ensuite à ces mêmes États. Cherchez l’erreur.

Barnavi après Kouchner

Après la sortie de Bernard Kouchner, aussitôt désavoué par Fillon, en faveur d’une proclamation unilatérale d’un État palestinien, voilà que c’est Élie Barnavi qui reprend l’idée dans Marianne. Mais, différence de taille, l’ancien ambassadeur d’Israël en France mentionne les frontières de son État palestinien, « la Ligne verte d’avant la guerre des Six-Jours ». Un tracé qui devrait être « formellement garanti par le Conseil de sécurité » . On en est très loin aujourd’hui. Mais au moins l’idée de Barnavi a quelque cohérence.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don