Rumeurs à gogo

Ainsi, les parties de jambes en l’air sous les lambris dorés des palais de la République n’intéresseraient pas les gens sains d’esprit ? Allons, allons, hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère !

Bernard Langlois  • 13 avril 2010
Partager :

Nous sommes tous, pour peu qu’un peu curieux du monde extérieur — et les journalistes sont, ou devraient l’être, de nature et de profession, un peu plus que la moyenne —, friands de dévoilements, amateurs de curiosités, attentifs aux secrets qui cheminent sous couvert de « ne le répétez pas ! » , non ? Pourquoi donc cette curiosité-là s’arrêterait-elle, selon la formule consacrée, « au seuil de la chambre à coucher ? » Comme si la grande Histoire n’était pas tissée de centaines de petites, comme si les affaires d’alcôve ne pesaient rien dans la conduite des affaires tout court, et des affaires politiques notamment ! Comme si épouses, maîtresses, égéries n’avaient joué aucun rôle dans la formation et le vécu des princes qui nous gouvernent, n’avaient en rien pesé sur leur moral, leur caractère, leurs humeurs — et au bout du compte sur leurs décisions !

Ne dit-on pas que l’argent et le sexe mènent le monde ? Et il ne serait pas licite de s’intéresser au sexe et à l’argent ? N’est-il pas admis, depuis Pascal, que la longueur du nez de Cléopâtre change la face du monde ?

Illustration - Rumeurs à gogo

Rien d’étonnant donc au fait que les rumeurs ne cessent de courir sur la vie et les mœurs des Antoine et Cléopâtre d’aujourd’hui. Et d’autant plus vite que ceux qu’elles visent ont fait du complaisant étalage de leur vie privée, lorsque cela les arrange, un élément central de leur communication ordinaire.

Ne revenons pas sur l’actuelle rumeur, qui se serait sans doute éteinte toute seule si certaines maladresses de la Cour ne lui avait donné un statut de quasi affaire d’ Etat.

De tout temps, le Prince et son entourage, et les puissants en général, ont été l’objet de rumeurs, qui n’étaient pas toutes sans … fondement. C’est la rançon de la gloire.

Il en est une qui m’a toujours fait rire, et qui concernait ce pauvre Bérégovoy, disparu dans les conditions qu’on sait sur les bords d’un canal. Lorsqu’il était encore à Bercy, quelques confrères facétieux s’étaient amusés à dévoiler dans les dîners en ville sa prétendue liaison avec une grande actrice, belle de nuit comme de jour. Histoire de voir en combien de temps la rumeur faisait le tour de Paris.

Illustration - Rumeurs à gogo

Au bout de quelques jours, on rapporta la chose au ministre, qui en fut secrètement fort flatté. Se gardant de démentir, il donna juste comme consigne à son entourage de ne pas l’ébruiter. Pour ne pas faire de peine à son épouse …

Bien sûr, les rumeurs ne touchent pas toutes aux mœurs en général et aux incartades conjugales en particulier. La santé est aussi un excellent terrain (et là encore il ne me paraît pas illégitime de s’intéresser à celle de nos dirigeants).

Les rumeurs disent-elles vrai ? Parfois.

Mais elles mentent aussi, souvent. Il faut donc apprendre à s’en méfier.

Comment peut-on croire, par exemple, celle qui attribue une intelligence hors du commun à tel célèbre chasseur de mammouths ? Ou encore cette autre, qui prête à tel ancien ministre devenu haut fonctionnaire international des convictions socialistes ?

Il en une, en tout cas, toute fraîche, à laquelle je ne veux pas croire. Elle concerne un dirigeant du NPA (le parti du facteur) récemment démissionnaire, un certain Raoul …

Il paraît qu’en apprenant la catastrophe aérienne qui vient d’endeuiller la Pologne en décimant sa classe politique, il aurait demandé d’urgence la nationalité polonaise.

Comprenne qui pourra.

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don