Ici

Politis  • 20 mai 2010
Partager :

Clotilde et Salah

Le président de l’association France-Palestine Solidarité, Jean-Claude Lefort, se réjouit, dans un communiqué, de la libération de Clotilde Reiss, détenue depuis dix mois en Iran. Mais il rappelle la situation de Salah Hamouri, emprisonné depuis plus de cinq ans en Israël après un procès expéditif devant un tribunal militaire. « Voilà qu’un régime qualifié de totalitaire, l’Iran, libère notre jeune compatriote au terme de négociations nombreuses appuyées par une ferme volonté politique du chef de l’État » s’indigne Jean-Claude Lefort, pendant qu’Israël, « considéré par le président de la République et son ministre des Affaires étrangères comme un État de droit, refuse la libération de Salah Hamouri, 25 ans » . Qui peut croire en effet que ce qui a pu être obtenu de l’Iran ne peut l’être d’Israël ?

EHLG enfin relaxée

Ça y est, délai de recours écoulé, il n’y aura pas cassation ! Après cinq ans d’un harcèlement implacable de la part des représentants de l’État (Politis n° 1089), l’association de paysans basques Euskal Herriko Laborantza Ganbara (EHLG) a été définitivement relaxée par la cour d’appel de Pau, le 6 mai. EHLG, à qui le préfet des Pyrénées-Atlantiques reprochait de jouer le rôle d’une chambre d’agriculture bis, était menacée de dissolution, d’une forte amende et son président de prison. Selon la cour, les missions de la chambre ne sont pas exclusives, et l’existence d’EHLG n’a jamais entraîné de confusion.

Royal cible DSK

« Le FMI n’a pas changé. » C’est le constat sans appel de Ségolène Royal. À l’intention de tous les supporters de Dominique Strauss-Kahn, son ancien (et probable futur) rival de la primaire socialiste, la présidente de région Poitou-Charentes constate, dans un long communiqué : « En Grèce comme ailleurs, le FMI applique la même méthode : abaissement des salaires, démantèlement de la protection sociale, augmentation des taxes… » On ne lui donnera pas tort.

Christophe Barbier putschiste

La crise européenne oblige à « changer de système et de méthode » , ce qui « nécessite un nouveau traité qui transcende celui de Maastricht » , écrit Christophe Barbier. N’en concluez pas que l’éditorialiste de l’Express se serait rendu aux arguments des « nonistes ». Convaincu que « les peuples ne valideront jamais un tel traité » et que «  l’alambic des ratifications parlementaires est impraticable » , il prône « un putsch légitime » (sic) qui ferait de Nicolas Sarkozy le « président de fait » de l’Europe. Si, si…

Les échos
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don