Entendu

Politis  • 24 juin 2010
Partager :

Le Parti socialiste n’a pas manqué de jouer une partition dissonante dans l’affaire Bettencourt et sur le cas d’Éric Woerth. Le député socialiste Jérôme Cahuzac, qui doit sa présidence de la commission des Finances de l’Assemblée nationale à Nicolas Sarkozy, a déclaré sur Radio J, le 20 juin, qu’Éric Woerth était « un honnête homme » et que, « pour l’instant, il n’y a ni affaire Bettencourt ni affaire Woerth ». Cette piquante analyse se distingue nettement des déclarations du numéro deux du PS. Harlem Désir a estimé qu’avec l’affaire Bettencourt on assiste « à la République des proches, à la République du Fouquet’s » alors que Sarkozy « avait parlé de République irréprochable » . Cahuzac avait sans doute oublié qu’il était au PS…

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don