Dossier : Une défaite du journalisme

Qu’elles étaient belles, les crises d’antan !

« Le Monde » a traversé plusieurs tempêtes. Mais elles étaient autrefois plus idéologiques que financières.

À la manière de Brassens regrettant les funérailles d’antan, on pourrait, s’agissant du Monde , avoir la nostalgie des crises d’autrefois. Lorsque le quotidien de la rue des Italiens, comme on l’appelait alors, était secoué par de grands débats idéologiques sur lesquels chacun, et chaque lecteur, pouvait prendre parti. C’était avant que les crises soient essentiellement économiques et financières. La première crise éclate à l’orée des années 1950. Elle traverse l’équipe dirigeante. Tout commence le 17 mars…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.