Qu’elles étaient belles, les crises d’antan !

« Le Monde » a traversé plusieurs tempêtes. Mais elles étaient autrefois plus idéologiques que financières.

Denis Sieffert  • 24 juin 2010 abonné·es

À la manière de Brassens regrettant les funérailles d’antan, on pourrait, s’agissant du Monde , avoir la nostalgie des crises d’autrefois. Lorsque le quotidien de la rue des Italiens, comme on l’appelait alors, était secoué par de grands débats idéologiques sur lesquels chacun, et chaque lecteur, pouvait prendre parti. C’était avant que les crises soient essentiellement économiques et financières. La première crise éclate à l’orée des années 1950. Elle

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Une défaite du journalisme
Temps de lecture : 5 minutes