Là-bas

Un G20 pour rien La déclaration finale du sommet du G20 de Toronto a balayé toute tentative de régulation financière et commerciale. La promesse d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy d’une taxation des transactions financières est vite passée à la trappe, ainsi que celle d’une modeste taxation des banques. Pas un mot sur les paradis fiscaux, toujours aussi vigoureux, comme l’a montré l’affaire Bettencourt. Et pas la moindre ligne sur la crise sociale mondiale actuelle qu’on doit aux marchés financiers. Le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Geoffrey Hannot, le fidèle à la cause

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.