Lu

Sous le titre « Un “Genevagate” menace Mme Bettencourt et les Woerth » , la Tribune de Genève (2 juillet) a frappé fort. Des banquiers suisses revanchards y décrivent en détail les déplacements en Suisse de Florence et Éric Woerth, l’ex-ministre du Budget qui, dans sa lutte contre l’évasion fiscale, a fustigé le paradis fiscal suisse (Ouh ! Le vilain !). On y apprend que ce dernier, trésorier de l’UMP, était à Genève en mars 2007 pour deux dîners de gala « avec les plus grandes fortunes françaises exilées…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.