Lu

Politis  • 8 juillet 2010
Partager :

Sous le titre « Un “Genevagate” menace Mme Bettencourt et les Woerth » , la Tribune de Genève  (2 juillet) a frappé fort. Des banquiers suisses revanchards y décrivent en détail les déplacements en Suisse de Florence et Éric Woerth, l’ex-ministre du Budget qui, dans sa lutte contre l’évasion fiscale, a fustigé le paradis fiscal suisse (Ouh ! Le vilain !). On y apprend que ce dernier, trésorier de l’UMP, était à Genève en mars 2007 pour deux dîners de gala « avec les plus grandes fortunes françaises exilées en Suisse romande » . La collecte « pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy » avait rapporté « plus de 7 millions d’euros » . « Éric Woerth ne cherchait pas alors à savoir si les chèques qu’on lui remettait étaient prélevés sur des comptes suisses non déclarés au fisc français » , ironise un banquier. Le quotidien explique aussi que la holding suisse Téthys gère les biens de Liliane et travaille « la main dans la main » avec Clymène, l’employeur de Florence. Et parle d’un transfert, « il y a quelque deux ans, de 280 millions d’euros des comptes français de Liliane Bettencourt chez UBS Genève » . Y a plus de secret bancaire !

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don