Là-bas

Politis  • 16 septembre 2010
Partager :

Ces Slovènes qui rejettent la réforme des retraites

Il n’y a pas qu’en France que la réforme des retraites se heurte à l’opposition des syndicats et de partis politiques. Le gouvernement slovène a déposé un projet de loi qui prévoit le recul de l’âge de départ à la retraite de 63 à 65 ans et a mis en ébullition ce petit paradis (fiscal) membre de l’Union européenne. Les principaux syndicats ont menacé d’organiser un référendum contre une réforme qui plombe leurs pensions. De quoi donner des sueurs froides à la Commission européenne et au FMI (de DSK), qui ont rappelé à l’ordre la Slovénie et resservi une recette éculée : il faut réformer rapidement pour faire face au vieillissement de la population. Les Slovènes avaleront-ils cette couleuvre ?

Israël, la religion et les colonies

Deux sondages parus ces jours-ci photographient l’opinion israélienne, peu religieuse, mais majoritairement colonisatrice. Quelque 42 % des juifs adultes en Israël se disent laïcs, selon une étude publiée dimanche par le Bureau central des statistiques de Jérusalem. D’autres (25 %) se considèrent comme « pas très religieux », 13 % se disent « traditionalistes », 12 % « religieux » et 8 % « ultraorthodoxes ».
Selon un autre sondage, paru mardi dans le quotidien Yediot Aharonot, 51 % des personnes interrogées sont favorables à la reprise de la construction dans les colonies de Cisjordanie, fin septembre, tandis que 39 % sont d’un avis contraire. On peut en déduire que la religion est loin d’être la principale motivation des colons.

Turquie : 58 % de « oui »  

Ce sont 58 % des électeurs turcs qui ont approuvé la révision de la Constitution, soumise dimanche à référendum par le gouvernement dit « islamo-conservateur » du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan. La révision comporte 26 amendements à la Constitution instituée par les militaires après le putsch de 1980. Ces modifications limiteront notamment les pouvoirs de la hiérarchie judiciaire et de l’armée, considérées comme des bastions de la laïcité. Pour certaines élites turques héritières du kémalisme, c’est une atteinte à la laïcité. Pour une Turquie plus populaire, c’est une victoire de la démocratie face à la menace militaire. La deuxième interprétation est sans doute un peu plus proche de la vérité.

Les échos
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don