Le chiffre

7 % des crédits au lieu de 2 %, c’est le montant des fonds propres que devront constituer les banques d’ici à 2019, a décidé le 12 septembre le Comité de Bâle, organisme de surveillance bancaire. Cette réforme est jugée trop contraignante par la Fédération bancaire française, qui estime qu’elle pèsera sur le financement de l’économie. Jusqu’à la nouvelle crise…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.