Vu, Lu, Entendu

Politis  • 16 septembre 2010
Partager :

VU

En allumant leur télé sur France 2 pour regarder ce que François Fillon pouvait avoir à leur dire sur les retraites, jeudi dernier, bien des téléspectateurs ont eu un hoquet en voyant Arlette Chabot leur dire, en guise d’introduction, que « beaucoup de Français n’ont pas encore compris les enjeux de la réforme » . Diable ! L’ex-directrice de l’information compterait-elle pour quantité négligeable les 2,7 millions de manifestants descendus dans la rue deux jours plus tôt ? Ou juge-t-elle que ceux-là, qui sont beaucoup, n’ont rien compris puisqu’ils n’adhèrent pas au projet du gouvernement ? Quoi
qu’il en soit, cette entrée
en matière a rassuré le Premier ministre, qui pouvait se sentir chez lui dans cette émission. Impression que n’a pas démentie Alain Duhamel, plus tard dans la soirée. Commentant le souhait de référendum de Ségolène Royal, le journaliste multicartes a eu cette réplique : « On peut aussi demander aux Français de décider s’il faut ou non supprimer la pluie au printemps. »

LU

Le président (PS) de la région Île-de-France a embauché comme chargé de mission David-Xavier Weiss, ancien chef de cabinet de Roger Karoutchi lorsque celui-ci était secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement, nous apprend le Parisien (12 septembre). Cette « ouverture à la mode Jean-Paul Huchon » , qui a déjà laissé la présidence
de la commission des Finances au même Karoutchi, est d’autant plus surprenante que M. Weiss, qui continue d’assister au bureau politique de son parti, « est toujours secrétaire national de l’UMP en charge des transports » , un dossier sur lequel les UMPistes contestent la politique
de la Région. « Mais c’est désormais comme “conseiller du président” (Huchon) qu’il signe ses courriers aux élus franciliens » , souligne le Parisien.

ENTENDU

Eva Joly n’a pas aimé le film l’Ivresse du pouvoir que France 2 avait choisi de diffuser dimanche soir en hommage à Claude Chabrol. Curieux choix d’ailleurs puisqu’il s’agit d’un très médiocre film à clés où les protagonistes de l’affaire Elf sont reconnaissables au premier coup d’œil. « Je n’ai pas aimé le regard que Claude Chabrol portait sur l’affaire Elf » , a commenté lundi sur RTL l’ancienne juge du pôle financier devenue eurodéputée d’Europe Écologie. Elle reproche au cinéaste d’avoir « sous-estimé cette criminalité-là [financière] » . Le film brosse le portrait d’une juge glaciale, jouée par Isabelle Huppert, dépourvue de tout sentiment, et finit par susciter la pitié pour les affairistes corrompus qu’elle traque sans aménité.

Les échos
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don