Lu, vu, entendu

LU Christophe Barbier s’inquiète pour la jeunesse, jusqu’à lancer un SOS dans son éditorial (20 octobre) à propos des « lycéens des manifs » jugés « ridicules à singer leurs aînés dans leur logomachie au marxisme décati, à critiquer une réforme qu’ils ne comprennent guère » . Le directeur de l’Express a beau estimer que « l’ordre bourgeois ne craint rien cette fois » puisque « les lycéens n’ont pas de couteaux révolutionnaires entre leurs dents de lait » et que « cette urticaire n’est qu’une acné » , il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents