Cancún, des ambitions bien tièdes

La désillusion de Copenhague a provoqué une importante révision des objectifs, et les plus optimistes ne s’attendent qu’à de modestes avancées lors du sommet de l’ONU sur le climat.

Patrick Piro  • 25 novembre 2010 abonné·es

« Un accord contraignant est hors d’atteinte » , prévient d’emblée Fabrice Cytermann, l’un des négociateurs français pour le sommet de Cancún [^2]. Quand la langue diplomatique s’exprime aussi clairement, l’espoir s’éteint… En décembre 2009, le sommet de Copenhague avait rêvé d’une feuille de route imposant à l’ensemble des pays une réduction conséquente des émissions de gaz à effet de serre, mais il avait accouché à la dernière minute d’un texte minimaliste. Une simple ébauche proposant, sur

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes