En Sarkozie

Politis  • 25 novembre 2010
Partager :

Bertrand chasse la CGT

En sa bonne ville de Saint-Quentin, dans l’Aisne, le maire et nouveau ministre du Travail, Xavier Bertrand, a une conception très personnelle du dialogue social. Il a mis en demeure l’union départementale et l’union locale de la CGT de quitter leurs locaux de la Bourse du travail, occupé depuis 1901 dans un centre-ville très convoité. Xavier Bertrand veut refiler des locaux réduits de moitié « sans salle de réunion équivalente, et avec interdiction de visibilité extérieure » , écrit la CGT confédérale, qui s’est fendue d’un communiqué national.

Sarkozy pistonne Jean

Un mois avant de s’être fait souffler la présidence de la fédération UMP des Hauts-de-Seine par Jean-Jacques Guillet, un ancien pasquaïen, Patrick Devedjian, raconte avoir été convoqué à l’Élysée « en urgence par Nicolas Sarkozy » , qui « s’est ému que cinq candidats se présentent contre son fils Jean aux élections internes de l’UMP à Neuilly » . Il « m’en a rendu responsable […] et, m’a dit que j’aurais bientôt “une surprise” » , raconte-t-il au Monde (20 novembre) en assurant que le président de la République est intervenu auprès de plusieurs élus du département. Allons, qui peut penser que le chef de l’État pistonne ainsi son fils ?

Les nerfs de Devedjian

Peut-être Xavier Bertrand. Mais il ne l’avoue pas et s’est empressé de confier au Parisien (21 novembre) que « Devedjian a complètement perdu ses nerfs » . Lui a su garder les siens quand Sarko a choisi Jean-François Copé pour le remplacer au poste de secrétaire général de l’UMP.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don