Ici

Politis  • 4 novembre 2010
Partager :

Le Pen plutôt que Mélenchon

Jean-Paul Huchon préfère le chef du Front national au président du Parti de gauche, à en croire un écho de l’Express (27 octobre) : selon l’hebdomadaire des amateurs d’écharpe rouge (quand c’est Christophe Barbier qui la porte), le président (PS) de la Région Île-de-France aurait eu cette réaction outragée à l’attitude actuelle de Jean-Luc Mélenchon : « Son langage est proche de celui de l’extrême droite, mais c’est plus grave que Le Pen ! Il incarne le populisme d’extrême gauche. » Dans un tel second tour, on sait au moins ce que voterait Huchon.

BHL et le « socialisme pour ignares »

Un ton en dessous, Bernard-Henri Lévy fustige lui aussi « le populisme » revendiqué par Jean-Luc Mélenchon. Pour le philosophe milliardaire du cap Ferrat, qui était invité d’Europe 1 (27 octobre), il s’agit d’ « une tentation contre laquelle la gauche a dû se battre dans toute son histoire », « un autre socialisme des imbéciles » , risque-t-il. Avant d’opter finalement pour une formule historiquement moins connotée : Mélenchon, qui, selon lui, prend « les gens pour des cons » , pratiquerait « un socialisme pour ignares » , « un socialisme pour cours élémentaire première année » . Ce ne serait pas du mépris de classe ?

Les indécents combats de Ryanair

Mécontente de devoir annuler quelque 200 vols du fait du mouvement de grève du 28 octobre, Ryanair, la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts, a demandé à la Commission européenne de retirer le droit de grève de services essentiels tels que le contrôle du trafic aérien. Elle avait lancé de tels appels à la veille des journées de mobilisation des 23 septembre et 12 octobre. Début octobre, Ryanair a aussi menacé de quitter l’aéroport de Marseille si la France n’abroge pas un décret de novembre 2006 qui stipule que le personnel navigant basé en France doit être assujetti au droit français, et ne s’aligne pas sur le droit européen qui voudrait que tout le personnel relève de la législation du pays d’origine de l’entreprise.

La proposition du Parti de gauche

Alors que le gouvernement table sur une promulgation de la loi réformant les retraites mi-novembre au plus tard, le parti de Jean-Luc Mélenchon a proposé l’idée d’une « manifestation nationale » à Paris. Une lettre a été adressée dès
le 28 octobre aux signataires du collectif national « Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites », qui regroupe notamment les partis de gauche
et les organisations syndicales.

Les échos
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don