En Sarkozie

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Naïveté élyséenne

Sur le site Internet de l’Élysée, mardi matin, il ne restait aucune trace de la visite d’État de Muammar Kadhafi en France en décembre 2007. Ni photo, ni vidéo, ni communiqué, ni discours. Oubliés le passage en revue de la garde républicaine, le tapis rouge et la tente berbère… Après quatre jours de manifestations réprimées dans le sang par les forces armées du colonel libyen, les petites mains de Sarkozy ont estimé qu’il valait mieux effacer les traces de cette visite. Un raisonnement bien naïf.

Arbitraire municipal

La distribution de tracts publicitaires et politiques est interdite sur le marché de Sausset-les-Pins. Ainsi en a décidé Éric Diard, député maire UMP de cette commune de la Côte bleue (Bouches-du-Rhône) dans un arrêté municipal de juillet 2010. Alain Croce, candidat du Front de gauche aux cantonales, s’est donc vu cerné par la police municipale à deux reprises, et la gendarmerie nationale appelée à la rescousse a constaté son infraction. Mais il reviendra. D’autant qu’Éric Diard distribue, lui, sur les marchés des communes voisines.

Les amis de Mariani

Thierry Mariani, sous-ministre aux Transports et ami politique dudit Éric Diard au sein du « collectif de la droite populaire », a voté vendredi au conseil régional de Paca une motion proposée par le groupe FN concernant l’A51, peu après avoir lui-même soumis un amendement méprisant pour les Roms. Le même jour, il s’est dit « consterné » par la condamnation d’Éric Zemmour pour provocation à la haine raciale.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.