Dossier : Libye, la guerre du moindre mal

Fukushima-sur-Rhône

Incidents à répétition, non-respect des normes antisismiques… Sommes-nous vraiment sûrs d’être à l’abri d’un accident nucléaire majeur ?

Le 1er décembre 2009, vers 19 h, des signaux d’alarme résonnent dans le centre de contrôle de la centrale de Cruas, au bord du Rhône. Des débris végétaux charriés par le fleuve bloquent le système de refroidissement du réacteur n° 4, avec les risques de surchauffe que l’on sait si le problème perdure. Les techniciens d’EDF décident d’arrêter le réacteur. L’incident est classé « niveau 2 » sur l’échelle Ines 1, qui va de l’« anomalie » (niveau 1) à l’accident majeur (niveau 7), telle la catastrophe de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.