D'un déni à l'autre

Au soir du premier tour des primaires, si Jean-François Copé s’est replié dans le déni, clamant sur France 2 « 96 % d’abstentionnistes » , le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, sur Radio J, s’est livré à un bel exercice de liberté publique : « Il y aura forcément, pour les scrutateurs, une certaine connaissance des opinions des électeurs » , alors que « dans notre pays, le vote est secret, c’est inscrit dans la Constitution » . Et dea souligner que « sur la liste d’émargement apparaîtront ceux qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents