La prime Sarko fait pschitt…

Politis  • 6 octobre 2011
Partager :

« Une mauvaise plaisanterie », « des miettes ». C’est par ces réflexions désabusées que des syndicalistes ont accueilli les premières négociations sur la prime dite « de partage des profits », un temps nommée « prime Sarkozy ». Le président « du pouvoir d’achat » en avait fait un symbole au début de l’année. A l’époque, François Baroin, ministre du Budget, avait annoncé une alléchante prime obligatoire d’un montant de 1 000 euros. La dure réalité a balayé tout cela : peu de salariés sont concernés, et les quelques propositions sur la table des négociations jusqu’à la fin du mois consistent à partager une misère. Tandis que les dividendes, eux, sont en nette hausse. Finalement, rien n’a changé…

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don