La prime Sarko fait pschitt…

« Une mauvaise plaisanterie », « des miettes ». C’est par ces réflexions désabusées que des syndicalistes ont accueilli les premières négociations sur la prime dite « de partage des profits », un temps nommée « prime Sarkozy ». Le président « du pouvoir d’achat » en avait fait un symbole au début de l’année. A l’époque, François Baroin, ministre du Budget, avait annoncé une alléchante prime obligatoire d’un montant de 1 000 euros. La dure réalité a balayé tout cela : peu de salariés sont concernés, et les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.