Twittos et prise d’otages

C’est une première en France : une prise d’otages dans un Pôle emploi de Paris (XIe), retransmise en live sur Twitter. Le preneur d’otages, en quête de son quart d’heure de gloire, a téléphoné à Pierre Haski, rédacteur en chef de Rue89. Lequel s’est improvisé, tout au long de l’intervention, à la fois « médiateur » et « twittos ». Postant par exemple : « Le preneur d’otages m’assure qu’en cas d’assaut il ne se cachera pas derrière ses otages, mais se défendra : “Je n’ai rien à perdre.” » En réalité le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents