Grèce : l’extrême droite au gouvernement

Chassée du gouvernement grec en 1974 avec la chute de la dictature des colonels, l’extrême droite y revient dans les fourgons de Lucas Papademos, le nouveau Premier ministre. Quatre de ses cadres siègent dans le cabinet d’union nationale constitué par cet ex-vice-président de la BCE, choisi par les marchés. Parmi eux, Makis Voridis, du parti Alarme populaire orthodoxe (Laos, ici en photo lors d’une manifestation en mars 2008), ministre des Transports. Longtemps proche du FN français, il a participé à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents