Autolib’, bon ou mauvais plan ?

La mairie de Paris lance son projet de voitures
électriques en libre-service avec le groupe Bolloré.
Pour Annick Lepetit, c’est un moyen propre de répondre aux besoins des Parisiens. Michel Riottot estime à l’inverse que ce pari électrique est perdu d’avance.

Michel Riottot Directeur de Liaison, revue d’Île-de-France Environnement, et président de cette même structure, qui regroupe 400 associations. La voiture électrique Bluecar, produite par le groupe Bolloré, équipée de batteries lithium-métal polymère censées procurer 250 km d’autonomie en ville et rechargeable en moyenne en 4 heures, a été choisie par la ville de Paris, 25 communes des Hauts-de-Seine, 7 de Seine-Saint-Denis et 11 du Val-de-Marne pour leur service Autolib’. Il est prévu de déployer 2 000…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents