Cynisme sans limite

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans un amendement présenté le 2 décembre à l’Assemblée, Valérie Pécresse prétendait prélever 2 millions d’euros sur les crédits du fonds de relogement d’urgence pour les affecter à l’équipement des polices municipales en gilets pare-balles. Déshabiller les SDF pour vêtir les gardes champêtres du XXIe siècle, l’idée était aussi cynique qu’elle était osée. Car la ministre du Budget souhaitait que
ces 2 millions soient versés à un fonds créé pour aider les communes à passer
au procès-verbal électronique, qu’elle aurait ainsi élargi. Même le rapporteur UMP du Budget lui a opposé un « non » catégorique.


Haut de page

Voir aussi

Debout les festivals !

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.