Cynisme sans limite

Politis  • 15 décembre 2011
Partager :

Dans un amendement présenté le 2 décembre à l’Assemblée, Valérie Pécresse prétendait prélever 2 millions d’euros sur les crédits du fonds de relogement d’urgence pour les affecter à l’équipement des polices municipales en gilets pare-balles. Déshabiller les SDF pour vêtir les gardes champêtres du XXIe siècle, l’idée était aussi cynique qu’elle était osée. Car la ministre du Budget souhaitait que
ces 2 millions soient versés à un fonds créé pour aider les communes à passer
au procès-verbal électronique, qu’elle aurait ainsi élargi. Même le rapporteur UMP du Budget lui a opposé un « non » catégorique.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don