Le Baron récidive

Politis  • 15 décembre 2011
Partager :

Ernest-Antoine Seillière, déjà visé par un redressement fiscal le 24 décembre 2010 dans le dossier « Solfur », à propos d’un système de motivation financière des dirigeants du groupe Wendel, dont il est président du conseil de surveillance, est à nouveau dans le collimateur de Bercy. Cette fois pour l’intéressement reçu par douze personnes sur la vente du groupe Editis en 2008 par Wendel : selon le Point, l’ex-président du Medef se serait partagé le tiers de ce pactole de 30 millions d’euros avec Jean-Bernard Lafonta, alors président du directoire. Le fisc envisagerait de taxer ce qu’il considère comme un salaire à hauteur de 40 %, pour « mauvaise foi » . En attendant un éventuel redressement de la part de l’Urssaf pour cotisations sociales non perçues.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don