Un passé qui ne passe pas

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Pour Alain Madelin et Patrick Devedjian, le coup est rude. Les deux anciens compères d’Occident avaient attaqué en diffamation le socialiste Vincent Peillon quand celui-ci, en réponse à une polémique de l’UMP autour du passé judiciaire d’Ali Soumaré, avait exhumé le 25 février 2010 sur LCI une coupure de presse du Petit Varois de 1965 racontant le vol de Simca 1000 qui avait conduit ces « deux jeunes dévoyés » devant le tribunal de Draguignan. Dans des jugements rendus le 7 décembre, le tribunal de grande instance de Paris les a déboutés. Les juges ont estimé qu’ « une lecture partielle d’un article de journal sans faire état de la condamnation qui y était rapportée » n’outrepasse pas « les limites autorisées s’agissant d’une intervention dans un débat oral et dans une période électorale » .

En clair, on peut rappeler des faits qui ont conduit à une condamnation, mais pas celle-ci. Mieux vaut le savoir.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents