L’évasion de Martin

La vie de Martin allait cahin-caha, jusqu’au jour terrible où, à l’aube, une troupe de soldats casqués avait surgi en défonçant sa porte pour le saisir et le jeter dans un cul-de-basse-fosse. Il avait vaguement compris qu’il était accusé de larcin, de bagarre ou de menace. Il ne savait plus très bien ce qu’il avait répondu au flot de questions hurlées sous les coups. Le choc, la violence, l’impuissance avaient paralysé sa compréhension, sa mémoire et sa capacité de parole, anéanti qu’il était par ce…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.