Pas d’OPA sur la musique !

Les artistes se mobilisent contre la création du Centre national de la musique, qui, selon eux, favorise les majors. Ébullition, pétition.

Tempête dans le jazz : troisième round. Début avril 2011, le pianiste Laurent Coq lançait un pavé dans la mare avec sa Révolution de jazzmin, libérant la parole dans un milieu resté longtemps silencieux. Le 27 juillet, un certain nombre de professionnels concernés – plus de 1 300, dont les musiciens Laurent Coq, Lionel Belmondo, Michel Portal, Daniel Sabbagh… – publiaient une tribune alertant sur la « crise du jazz » en France. Ils demandaient « solennellement » au ministre de la Culture, Frédéric…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents