Une campagne pour réveiller

En campagne pour 2012, Jean-Luc Mélenchon, avec un charisme indéniable, s’adresse à la conscience de classe des électeurs.

Pauline Graulle  • 2 février 2012 abonné·es

Debout, les deux poings levés, le regard tourné vers une foule compacte et silencieuse : « Regardez comme vous êtes nombreux, forts, ne baissez plus jamais les yeux, ne vous laissez plus intimider ! » Jean-Luc Mélenchon harangue les 4 500 spectateurs qui se sont retrouvés, le mardi 24 janvier au soir, au palais des Sports de Besançon (Doubs). L’assemblée paraît comme ragaillardie. De loin, ça ressemblerait presque une séance de coaching. Ou plutôt à un prêche… républicain.

Car le candidat du Front de gauche a choisi d’engager bien davantage qu’une bataille pour la présidentielle. Ce qui le fait courir, avec la même fougue, de grands meetings en rencontres informelles dans des petites salles des fêtes, de Metz à Perpignan, de plateaux de télé en conférences de presse ? Certes, le désir de « vendre » le programme du Front de gauche – un petit livre rouge, l’Humain

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes