Une dose de figurants, une pincée d’ouvriers

Politis  • 9 février 2012
Partager :

L’Élysée ne recule devant aucun subterfuge pour soigner l’image d’un président-candidat en pleine spéléologie dans les sondages. À Mennecy (Essonne), où il visitait un chantier, le 2 février, histoire de défendre son plan très critiqué pour le logement, Nicolas Sarkozy a été sympathiquement reçu par des ouvriers avenants, en tenue de travail, qui l’ont acclamé à son départ. Comme l’a révélé Europe 1, tout était faux dans ces images : plusieurs dizaines de personnes n’appartenant pas au chantier sont venues jouer la comédie en se glissant parmi les soixante vrais ouvriers. Certains auraient été rapatriés de chantiers voisins, d’autres seraient des fournisseurs, des chefs de chantier… « Nous avons simplement voulu donner la possibilité d’être présents à tous ceux qui ont eu, par le passé, ou qui auraient, à l’avenir, à travailler sur ce chantier », a expliqué l’Élysée. Sitôt la visite présidentielle terminée, ouvriers et figurants sont rentrés chez eux. En raison de la température glaciale, il leur était normalement interdit de travailler.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don