Le Taser, arme suspecte

Politis  • 26 avril 2012
Partager :

Qu’est-ce qui a poussé 6,4 millions d’électeurs à voter pour l’extrême droite ? La Convention européenne pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains et dégradants (CPT) a demandé à la France de revoir les « conditions d’utilisation » des pistolets à impulsions électriques, connus sous le nom de leur fabricant, Taser. La CPT estime que les fonctionnaires de police ne devraient l’utiliser que dans les situations « où il existe un danger réel pour la vie ou de blessures graves ». Les enquêteurs européens ont demandé des informations sur le décès d’un homme interpellé à Colombes (92) le 29 novembre 2010 après utilisation contre lui d’un Taser. Mais le gouvernement s’en remet à l’information judiciaire en cours, qui est soumise… au secret de l’instruction !

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don