Le Taser, arme suspecte

Qu’est-ce qui a poussé 6,4 millions d’électeurs à voter pour l’extrême droite ? La Convention européenne pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains et dégradants (CPT) a demandé à la France de revoir les « conditions d’utilisation » des pistolets à impulsions électriques, connus sous le nom de leur fabricant, Taser. La CPT estime que les fonctionnaires de police ne devraient l’utiliser que dans les situations « où il existe un danger réel pour la vie ou de blessures graves ».…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.