Pas de sortie de crise

Damas pose de nouvelles conditions.

Le plan de sortie de crise de l’émissaire spécial de l’ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, n’avait pas connu le moindre début d’application, mardi matin, le régime du président Bachar al-Assad ayant posé de nouvelles conditions. Damas a annoncé, dès dimanche, qu’il ne retirerait pas ses troupes des villes – comme le prévoyait le plan – tant que les « groupes terroristes » ne s’engageraient pas par écrit à « livrer leurs armes ». Une condition que ne peuvent évidemment accepter les opposants. Du coup, la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.