Peut-on sortir du présidentialisme ?

L’élection du président de la République au suffrage universel est-elle un gage de démocratie ou un rituel anachronique ? Pour Guy Carcassonne, ce présidentialisme favorise
la stabilité parlementaire. Paul Alliès rappelle que le même scrutin ne débouche pas sur une pareille concentration
du pouvoir dans les autres pays européens.

Pas question de défendre bec et ongles une élection qui présente des inconvénients nombreux et bien connus. Le système parlementaire majoritaire, comme il fonctionne en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Suède et dans tant d’autres États, est sans doute préférable. Aussi pourrait-on voir disparaître ce scrutin sans regrets. Sans regrets mais avec étonnement, et aussi un peu d’appréhension. Avec étonnement, car il n’est pas acquis que les Français le souhaitent. Seul un référendum pourrait…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents