Présidentielle : cinq jeunes militants débattent après le premier tour

Cinq jeunes militants débattent des leçons du premier tour de la présidentielle, du score historiquement haut du Front national et du rapport de force au second tour. Réécoutez notre émission en partenariat avec Radio Orient.

Erwan Manac'h  • 24 avril 2012
Partager :
Présidentielle : cinq jeunes militants débattent après le premier tour

Illustration - Présidentielle : cinq jeunes militants débattent après le premier tour

L’ambiance est nettement moins détendue qu’au cours des précédents exercices. Au lendemain du premier tour de la présidentielle, lundi 23 avril, Politis.fr et Radio Orient ont réuni comme chaque mois depuis janvier cinq jeunes militants politiques. Les traits tirés par les derniers jours de campagne, ils analysent le verdict des urnes et l’enjeu crucial du second tour. Sans le professionnalisme de leurs ainés, ils ont montré leur capacité à croiser le fer, au cours d’un débat parfois tendu.

Les discussions sont très vite lancées par le représentant de l’UMP, Zartoshte Bakhtiari, qui salue un «score honorable» de Nicolas Sarkozy au terme d’une campage « à 1 contre 9» . «Il termine au même niveau que [le Parti socialiste] *, un pseudo mouvement qui a pour seul thème l’antisarkozysme»* , tacle-t-il.

Le représentant socialiste, Sébastien Ramage, analyse le bon score réalisé par François Hollande comme un vote de rejet contre Nicolas Sarkozy
: « La priorité absolue pour les salariés est de virer Sarkozy , estime le militant, qui se dit à la gauche du Parti socialiste, avant d’observer que «la dynamique indéniable lancée par le Front de gauche a permis un score historique de l’ensemble de la gauche» .

Sur sa droite, le jeune socialiste doit essuyer des invectives nourries du militant démocrate, Jean-Baptiste Pugnat, qui critique un programme dispendieux de François Hollande et en appelle au fameux «discours de vérité» face à la crise. À gauche, la militante du Front de gauche reproche au contraire au Parti socialiste sa conversion à la « loi de la finance » et son refus de porter le fer sur le vrai noeud de la crise sociale, selon Maëlle Dubois : «la répartition des richesses, entre le capital et le travail» .

Pour Axel Allain, militant écologiste, le « choc» du premier tour de scrutin vient surtout du score réalisé par le Front national, dont les électeurs « se trompent de haine » .


Les jeunes au coeur de la présidentielle


Les jeunes au coeur de la présidentielle


Les jeunes au coeur de la présidentielle

Les invités :

Axel Allain - Europe Ecologie - Les Verts

Jean-Baptiste Pugnat - Modem

Maëlle Dubois - Front de gauche

Sébastien Ramage - Parti socialiste

Zartoshte Bakhtiari - UMP

Animation : Dillah Teibi, Radio Orient
_ Avec Erwan Manac’h, Politis.fr

Médias
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don