6 mai : peut-on refuser de choisir ?

Certains, comme Michel Onfray, ne veulent pas choisir entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, qui sont
à leurs yeux deux modalités d’un même libéralisme.
En revanche, Pierre Zaoui considère que ne pas choisir revient à pratiquer la politique du pire.

Voter blanc n’est pas s’abstenir, c’est dire son accord avec le jeu démocratique des élections (même si l’on sait que la politique ne s’y réduit pas tout entière…) et, dans ce cadre, faire savoir qu’on ne souhaite pas porter ses suffrages sur l’un des deux candidats présents au second tour. Le socialiste libertaire que je suis ne saurait voter pour un libéral sous prétexte qu’il faudrait choisir entre deux modalités du libéralisme, voire entre deux libéralismes semblables portés par deux personnalités…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents