En finir avec Superwoman

Ils m’ont dit que je ne m’en sortirais pas sans. Mais c’était il y a très longtemps. Aujourd’hui j’en ai presque plus. L’année dernière j’ai arrêté pendant trois mois. C’était génial. J’avais retrouvé des sensations perdues depuis neuf ans. Et puis de nouveau c’est redevenu trop dur, j’ai replongé. Trois le soir. Je sais d’expérience que dès que ça va mieux, vaut mieux pas arrêter, ça redevient pire en deux jours. Alors j’attends, je suis pas motivée. Dans ces moments-là, faut pas s’en demander trop,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.