Je t’aime, moi non plus

Entre Jean-François Copé et François Fillon, la guerre pour la présidence de l’UMP est ouverte. Le poste, « gelé » pendant le bail élyséen de Sarkozy, doit être remis en jeu dans quatre à six mois. Mais l’ex-Premier ministre n’a pas attendu pour se déclarer implicitement en regrettant, dans un entretien au Figaro Magazine, que, « depuis le départ de Nicolas Sarkozy, il n’y (ait) plus, à l’UMP, de leader naturel ». Une vacherie contre Jean-François Copé, qui se voit en « chef de guerre » à l’approche des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents