L’Algérie attend toujours son printemps

Les législatives algériennes du 10 mai donnent l’impression de tourner en rond : abstention élevée, majorité absolue des partis du pouvoir (FLN, RND), « Alliance verte » islamiste distanciée mais en embuscade, émiettement des autres sièges, doutes importants sur la probité du scrutin1. Mais, truquées ou pas, ces élections sont de toute façon à relativiser, au vu de la faible influence du Parlement algérien, la réalité du pouvoir se jouant ailleurs. Le scrutin décisif de l’Algérie post-printemps arabe sera…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents