Doux cogne dur

Politis  • 7 juin 2012
Partager :

Premier dossier épineux pour le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll. Charles Doux, le fondateur du groupe Doux, producteur de la volaille Père Dodu qui emploie 3 400 salariés en France et travaille avec 800 éleveurs, veut déposer le bilan contre l’avis des syndicats et du gouvernement, qui estiment que d’autres voies sont possibles pour éponger ses dettes. Pourquoi tant d’empressement ? Joseph d’Angelo, secrétaire de la fédération CGT de l’agroalimentaire, livre un point de vue éclairant dans l’Humanité (4 juin) : « Denis Lambert, un proche de François Fillon, patron de LDC (volailles de Loué, notamment), a l’été un de ceux qui ont fait pression pour que l’entreprise dépose son bilan. La direction de LDC n’était pas intéressée par le groupe dans sa structure actuelle. Notre crainte est donc que l’entreprise soit dépecée, vendue par compartiments » , pour, au final, être rachetée par LDC. Le 31 mai, dans la Sarthe, ce même groupe LDC était félicité par le même Stéphane Le Foll pour… l’exemplarité de son modèle économique.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don