Le Chant des Partisans hors-la-loi

Politis  • 28 juin 2012
Partager :

Le 18 juin dernier, le pauvre général de Gaulle a dû se retourner dans sa tombe. Marie-Claude Bompard, la maire de Bollène (membre comme son époux, le maire d’Orange, Jacques Bompard, du parti d’extrême droite la Ligue du Sud), a dépêché la police municipale pour dégager manu militari d’anciens résistants et de dangereux gauchistes. Leur crime ? Avoir entonné « le Chant des partisans » lors de la cérémonie de commémoration de l’appel de Londres. Normal : depuis que la municipalité l’a retiré du protocole officiel de la ville en 2008, ce chant est devenu tout bonnement hors la loi à Bollène. Les magnifiques paroles de résistance, écrites par Maurice Druon et Joseph Kessel, résonnent plus que jamais, rappelant que « le vol noir des corbeaux » continue de menacer nos plaines – en tout cas celles du Vaucluse.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don