Le Chant des Partisans hors-la-loi

Le 18 juin dernier, le pauvre général de Gaulle a dû se retourner dans sa tombe. Marie-Claude Bompard, la maire de Bollène (membre comme son époux, le maire d’Orange, Jacques Bompard, du parti d’extrême droite la Ligue du Sud), a dépêché la police municipale pour dégager manu militari d’anciens résistants et de dangereux gauchistes. Leur crime ? Avoir entonné « le Chant des partisans » lors de la cérémonie de commémoration de l’appel de Londres. Normal : depuis que la municipalité l’a retiré du protocole…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents