Chez les salafistes algériens

Si le propos est ambigu, la stratégie est évidente : montrer que le discours n’est ni monolithique, ni préparé, ni calibré.

La densité des barbes hirsutes fait la mosquée salafiste, comme la barbe bien taillée fait le frère musulman. Entre les deux univers pileux, c’est toujours la paix armée. Les premiers, largement présents dans des mosquées pleines à craquer pendant le ramadan pour la prière surérogatoire du soir ( taraweeh ), tiennent à marquer leur territoire. Tiennent aussi à leurs voies impénétrables et à ne pas s’en laisser compter. Se disent « salafistes ». Usurpation d’une appellation non contrôlée, puisque tout…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents