Chérèque, Parisot, c’est kif-kif

Ce n’est pas l’entretien avec Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale, ni celui avec Mariano Rajoy, chef du gouvernement espagnol, qui ont marqué l’édition du 2 septembre du Journal du dimanche. Mais celui avec François Chérèque. Les déclarations du secrétaire général de la CFDT avaient de quoi laisser pantois. Car le leader syndical a préconisé de baisser le coût du travail, « facteur de perte de compétitivité ». Comprenez que les salariés coûtent trop cher… et qu’il faut transférer « une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents