La prière de Pécresse

Au budget dans le dernier gouvernement Fillon, Valérie Pécresse a du mal à se faire à la défaite de son camp : « Le gouvernement auquel j’appartiens (sic) est mort et enterré et j’en porte le deuil tous les jours », a-t-elle confié dimanche sur BFM-TV. Du coup, même si l’ex-ministre soigne sa nostalgie en soutenant « le plus loyal compagnon de Sarkozy » contre Jean-François Copé dans la course à la direction de l’UMP, l’ancienne élève de l’Institution Sainte-Marie de Neuilly rêve ouvertement d’un possible…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents