Obama et Hollande, présidents du moindre mal

Signe de ces temps de crise : à l’heure d’une élection présidentielle, il ne s’agit plus de rêver, mais tout juste d’éviter le pire. C’est au nom de ce principe peu réjouissant, mais réaliste, que beaucoup d’Américains de gauche iront voter le 6 novembre, avec pour principal objectif de barrer la route de la Maison Blanche à Mitt Romney, caricature d’une droite républicaine ultraréactionnaire, illuminée et cynique. Exactement comme nos concitoyens ont élu François Hollande pour épargner à notre pays le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents