Un choix cornélien !

À en croire François Fillon, la lutte pour la présidence de l’UMP qui se joue dimanche opposerait « un gladiateur » (Jean-François Copé) à un « rassembleur » (lui). « Le parti vainqueur ne sera pas celui qui divise les Français mais celui qui les traitera tous en citoyens, en frères d’une nation dont il faut recoller les morceaux » , a lancé l’ancien Premier ministre, lundi, à Paris. Question rassemblement, les UMPistes ont effectivement le choix : l’un prône le « ni gauche ni FN » , l’autre le « ni FN ni…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.