Vinci, un mot imprononçable

Politis  • 6 décembre 2012
Partager :

Le 27 novembre, quelques grands élus d’une partie de l’Ouest associés à des « représentants de la société civile » triés sur le volet donnaient dans les locaux du questeur socialiste de l’Assemblée nationale une conférence de presse. Il s’agissait de défendre l’utilité et l’intérêt du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, sérieusement écornés par les contre-enquêtes des opposants à cet équipement. Ainsi que la régularité démocratique des procédures qui ont précédé le lancement de ce que Jacques Auxiette, président de la région Pays-de-la-Loire, persiste à présenter comme un « grand projet d’avenir » . Mais, en une heure trente de temps, aucun des dix intervenants n’a prononcé le mot « Vinci ». Un gros mot, décidément.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don