Butler Capital pas très Virgin

La chaîne de magasins Virgin, qui emploie 1 200 personnes, ne doit pas seulement sa mise en cessation de paiement à l’effondrement des marchés du CD et du DVD. Les salariés désignent aussi comme responsable de la situation l’actionnaire principal, le discret fonds d’investissement français Butler Capital Partners (BCP). Spécialisé dans la reprise d’entreprises en difficulté, ce fonds de capital-risque est accusé de n’avoir pas mis un centime dans l’enseigne pour assurer la mutation vers le numérique. BCP…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents