Butler Capital pas très Virgin

Politis  • 10 janvier 2013
Partager :

La chaîne de magasins Virgin, qui emploie 1 200 personnes, ne doit pas seulement sa mise en cessation de paiement à l’effondrement des marchés du CD et du DVD. Les salariés désignent aussi comme responsable de la situation l’actionnaire principal, le discret fonds d’investissement français Butler Capital Partners (BCP). Spécialisé dans la reprise d’entreprises en difficulté, ce fonds de capital-risque est accusé de n’avoir pas mis un centime dans l’enseigne pour assurer la mutation vers le numérique. BCP avait pourtant fait une bonne opération en rachetant Virgin pour une bouchée de pain au groupe Lagardère en 2008. Il avait de plus effectué le même genre d’opération en 2006 en participant à la privatisation de la SNCM, compagnie de ferries reliant la Corse au continent. Deux ans plus tard, le fonds avait engrangé une belle plus-value après le rachat de ses parts par Veolia Transport. Mais, avec Virgin, BCP risque d’y laisser quelques plumes.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don