Gonfler n’est pas jouer

Politis  • 31 janvier 2013
Partager :

L’office de statistiques grec Estat est soupçonné d’avoir artificiellement gonflé le déficit de la Grèce pour l’année 2009. Son patron et deux autres cadres sont sous le coup d’une enquête judiciaire après la découverte d’« indices d’infractions ». L’UE, via son institut Eurostat, aurait couvert ce maquillage qui avait pour objectif de justifier auprès de l’opinion la cure d’austérité imposée par Bruxelles et le FMI, en échange de l’aide pour faire face à la crise de la dette. Où va-t-on si la justice se met à poursuivre les falsificateurs ?

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don