Paris refuse l’asile à un détenu de Guantanamo

Aucune de ses demandes d’asile en France n’a été suivie d’effet.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Nabil Hadjarab, citoyen algérien détenu depuis onze ans à Guantanamo, a été déclaré libérable en 2007. Mais aucune de ses demandes d’asile en France n’a été suivie d’effet. En désespoir de cause, il a entamé une grève la faim le 8 février, comme 84 autres incarcérés, mais il est nourri de force par ses gardiens, malgré les risques pour sa santé. Son avocat, Me Breham, a déposé un « référé-liberté » qui lui permettrait de revenir en France, où il a vécu plusieurs années, et où demeure sa famille. Demande rejetée ce lundi par le tribunal administratif de Paris. Un recours est envisagé.


Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.