El Shennawy aux calendes grecques

Jean-Claude Renard  • 9 juillet 2013
Partager :

Maintenant incarcéré depuis 37 ans , pour braquages (sans effusion de sang), Philippe El Shennawy a entamé deux procédures, l’une pour une libération conditionnelle, l’autre pour des permissions de sortie. La Cour d’appel de Paris vient de rejeter ces dernières requêtes, se justifiant ainsi : « Le juge d’application des peines prend le risque de faire sortir sans garantie un condamné qui a appartenu à la grande délinquance, et dont le parcours pénal a montré une certaine détermination, une difficulté à pouvoir réfréner ses passages à l’acte […] qu’il fait l’objet de soutien important à l’extérieur qui en font un personnage médiatisé et qu’il n’est pas certain qu’il ait la volonté et la capacité de revenir dans l’anonymat. » Rappelons que Philippe El Shennawy présente de sérieux gages de réinsertion et un emploi garanti à sa sortie. Et qu’en termes de « médiatisation », il n’y a guère que Florence Aubenas qui s’est exprimée en sa faveur au Monde .

Lire > Le dernier combat de Philippe El Shennawy, après 37 ans de prison

L’audience concernant la libération conditionnelle prévue le 18 juillet sera probablement reportée à l’automne, faute de temps pour la commission disciplinaire, toujours débordée. La libération tant attendue est donc renvoyée aux calendes grecques. Et Philippe El Shennawy n’en serait pas là si François Hollande lui avait accordé une grâce totale plutôt qu’une douloureuse grâce partielle qui n’autorise qu’à avancer une demande aléatoire et hypothétique de libération conditionnelle.

Lire > Acharnement incompréhensible contre Philippe El Shennawy
_

Police / Justice
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Manif du 31 janvier : dispositif policier en légère augmentation à Paris
Manifestation • 31 janvier 2023

Manif du 31 janvier : dispositif policier en légère augmentation à Paris

Pour la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, le dispositif policier de la manifestation parisienne se renforce légèrement comparé à celle du 19 janvier avec plus de 3 000 agents.
Manifestation du 19 janvier à Paris : la fiche interne qui dévoile le dispositif policier
Manifestation • 19 janvier 2023

Manifestation du 19 janvier à Paris : la fiche interne qui dévoile le dispositif policier

D’après les notes internes de la Préfecture de Police consultées par Politis, plus de 2 000 membres des forces de l’ordre vont encadrer la manifestation du 19 janvier contre la réforme des retraites.
Par Maxime Sirvins
« Il y a une criminalisation de l’action politique »
Entretien • 11 janvier 2023 libéré

« Il y a une criminalisation de l’action politique »

L’avocat pénaliste Raphaël Kempf navigue de la défense d’activistes à celle de personnes accusées de terrorisme. Ardent défenseur des libertés publiques, il n’a de cesse de dénoncer la résurgence des lois « scélérates » dans notre droit moderne, mêlant justice et politique.
Par Nadia Sweeny
Exclu Politis / Violences policières : toujours plus de mis en cause et toujours moins de poursuites
Forces de l'ordre • 22 décembre 2022

Exclu Politis / Violences policières : toujours plus de mis en cause et toujours moins de poursuites

Politis a obtenu les chiffres inédits du traitement judiciaire des violences policières de 2016 à 2021. Ils montrent l’explosion du nombre de mis en cause (+ 57 %) et mettent en avant un traitement judiciaire favorisé par rapport à la population générale. Analyse.
Par Nadia Sweeny