El Shennawy aux calendes grecques

Jean-Claude Renard  • 9 juillet 2013
Partager :

Maintenant incarcéré depuis 37 ans , pour braquages (sans effusion de sang), Philippe El Shennawy a entamé deux procédures, l’une pour une libération conditionnelle, l’autre pour des permissions de sortie. La Cour d’appel de Paris vient de rejeter ces dernières requêtes, se justifiant ainsi : « Le juge d’application des peines prend le risque de faire sortir sans garantie un condamné qui a appartenu à la grande délinquance, et dont le parcours pénal a montré une certaine détermination, une difficulté à pouvoir réfréner ses passages à l’acte […] qu’il fait l’objet de soutien important à l’extérieur qui en font un personnage médiatisé et qu’il n’est pas certain qu’il ait la volonté et la capacité de revenir dans l’anonymat. » Rappelons que Philippe El Shennawy présente de sérieux gages de réinsertion et un emploi garanti à sa sortie. Et qu’en termes de « médiatisation », il n’y a guère que Florence Aubenas qui s’est exprimée en sa faveur au Monde .

Lire > Le dernier combat de Philippe El Shennawy, après 37 ans de prison

L’audience concernant la libération conditionnelle prévue le 18 juillet sera probablement reportée à l’automne, faute de temps pour la commission disciplinaire, toujours débordée. La libération tant attendue est donc renvoyée aux calendes grecques. Et Philippe El Shennawy n’en serait pas là si François Hollande lui avait accordé une grâce totale plutôt qu’une douloureuse grâce partielle qui n’autorise qu’à avancer une demande aléatoire et hypothétique de libération conditionnelle.

Lire > Acharnement incompréhensible contre Philippe El Shennawy
_

Police / Justice
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre
Maintien de l'ordre 15 février 2024

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre

INFO POLITIS. Les forces de l’ordre vont bientôt être dotées de nouvelles grenades, dont deux au rayon des « assourdissantes ». Leur intensité sonore est susceptible de provoquer de graves séquelles. De plus, certaines projetteraient des fragments vulnérants. Politis a mis la main sur des informations exclusives… et inquiétantes !
Par Maxime Sirvins
Affaire Geneviève Legay : un commissaire aux abois sur le banc des accusés
Violences 12 janvier 2024

Affaire Geneviève Legay : un commissaire aux abois sur le banc des accusés

Le commissaire Rabah Souchi comparaissait devant le tribunal correctionnel de Lyon les 11 et 12 janvier. Il lui est reproché d’avoir ordonné à Nice, en 2019, une charge policière ayant causé de graves blessures à la manifestante Geneviève Legay.
Par Oriane Mollaret
« Affaire du 8 décembre » : l’inquiétante condamnation de militants comme terroristes
Justice 22 décembre 2023

« Affaire du 8 décembre » : l’inquiétante condamnation de militants comme terroristes

Au terme d’une audience lunaire ce vendredi, les sept « accusés du 8 décembre » ont été condamnés pour association de malfaiteurs terroriste. Malgré l’absence de projet concret, et au prix d’une jurisprudence dangereuse.
Par Nadia Sweeny
« Oui, c’est un immense camouflet pour le garde des Sceaux »
Justice 20 décembre 2023

« Oui, c’est un immense camouflet pour le garde des Sceaux »

Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), saisi par Éric Dupond-Moretti, a réaffirmé le 14 décembre la liberté fondamentale d’expression syndicale des magistrats. Kim Reuflet, présidente du Syndicat de la magistrature, visé par le ministre, réagit à cet avis passé inaperçu.
Par Nadia Sweeny